SF Bay Area Indymedia indymedia
About Contact Subscribe Calendar Publish Print Donate

International | Education & Student Activism

La camaraderie amoureuse
by Patrice Faubert
Thursday Jul 5th, 2012 1:25 AM
Et comme tout n'est pas à tout le monde, rien n'est en fait, à personne...
La camaraderie amoureuse de feu Emile Armand
N'est pas possible, dans un monde d'argent
L'anationalisme de feu Eugène Lanti
Où partout, les nationalismes font pipi
Ne peut que passer pour un utopisme dément
Les hommes veulent appartenir à quelqu'un
Les femmes veulent appartenir à machin
La jalousie est le contraire de l'amour
Et cependant, tous et toutes, sont dans sa cour
L'on nous fait croire
Et souvent, l'on peut le voir
Qu'être jaloux, c'est beaucoup aimer
Qu'être jalouse, c'est être très attachée
L'amour, c'est donc la propriété
En ce sens, c'est des autres, se confisquer
Les hommes et les femmes veulent s'approprier
Les hommes et les femmes veulent se posséder
Cela leur donne l'illusion de l'amour fou
La contrefaçon qu'on les aime beaucoup
Nous pourrions tout aussi bien
Comme des papillons, sur des fleurs
Nous imprégner de leurs odeurs
Et en boire tous les pleurs
Chaque jour si délicieusement vécu
Personne de vainqueur, personne de vaincu
Mais simplement des amours d'une journée
Comme aussi bien, pour une éternité
Et c'est toujours la sexualité
Qui est encore la moins partagée
Nous sommes des propriétaires
D'une femme, d'un homme, d'enfants, d'une maison
Et ce, à en perdre la raison!
En ce domaine, pas le moindre retardataire
Et comme tout n'est pas à tout le monde
Rien, n'est en fait à personne
Même si des actions sont bonnes
Cest encore la misère qui nous sonde
Nous ne partageons rien, ainsi l'amour nous fuit
Sans discontinuer, nous prostituons nos corps ou nos esprits
C'est ainsi que vivent les patronnes et patrons
Car nous sommes des poltronnes et des poltrons
C'est la grande farandole du pognon
Nos vies sont dans les camisoles
De nos sociétés complètement folles
Pour qu'en tous lieux, l'on s'égorge
Mais nous y mettons des formes
Pour que tout reste dans des normes
Des tueries qui suent nos hypocrisies
Cela fait partie du monde, c'est la vie!
Comme au vieux temps, de la guerre d'Algérie
Et qui dans notre sombre aujourd'hui
Connaît même un peu, l'anationalisme de feu Eugène Lanti?
Et qui dans notre terrifiant aujourd'hui
Connaît même un peu, la camaraderie amoureuse de feu Emile Armand?
Chut! le désastre, il faut l'administrer
Chut! le désastre, il faut le faire apprécier
Chut! bientôt tout sera fini, plus rien à gérer!




Patrice Faubert (2012) pouète, puète, peuète, paraphysicien, Pat dit l'invité sur "hiway.


Comradeship in love of fire Emile Armand
Is not possible, in a money world
The anationalisme of fire Eugène Lanti
Where everywhere, the nationalisms do pipi
Can only to pass for an utopisme denies
The men want to belong to someone
The women want to belong to machin
Jealousy is the opposite of love
And nevertheless, all and all, are in his course
One does us to believe
And often, one can see it
What to be jealous, is a lot to like
What to be jealous, is to be very attached
Love, this is therefore the property
In this direction, this is others, confiscate itself
The men and the women want to appropriate themselves
The men and the women want to possess themselves
That gives them the illusion of crazy love
The forgery that one likes them a lot
We can all just as well
As butterflies, on flowers
We to impregnate of their odors
And some to drink all the pleurs
Every so day deliciously lived
Person of conqueror, person of overcome
But simply loves of a day
As just as well, for an eternity
And this is always sexuality
Who again less is divided it
We are owners
Of a woman, of a man, of children, of a house
And this, to some to lose the reason!
In this domain, not the late least one
And as all is not at everyone
Nothing, is in fact to anybody
Even if actions are good
Cest again the misery that probes us
We divide nothing, thus love flees us
Without stopping, we prostitute our body or our spirits
This is as well as live the patronize and employers
For we are cowards and cowards
This is the big farandole of the pognon
Our lives are in the camisoles
Of our completely crazy corporations
For that in all places, one s'égorge oneself
But we there put forms
For that any remainder in norms
Killings that sweat our hypocrisies
That is part of the world, this is life!
As to the old time, war of Algeria
And that in our dark one today
Does know even a little, the anationalisme of fire Eugène Lanti?
And that in our terrifying one today
Does know even a little, comradeship in love of fire Emile Armand?
Hush! the disaster, it is necessary to manage it
Hush! the disaster, it is necessary to do it to appreciate
Hush! soon all will be finished, more nothing to manage!




Patrice Faubert (2012) pouète, puète, peuète, paraphysicien, said Pat the guest on "hiway.fr"